Résidence d’artiste à l’Abbaye du Relec.

Le projet proposé d’une résidence photographique à l’Abbaye du Relec et à l’école du Cragou de Le Cloître Saint Thégonec, vient d’être accepté par la Drac Bretagne. Elle se déroulera de octobre 2019 à avril 2020, avec une exposition des travaux des élèves et des miens de juin à la Toussaint 2020. C’est une très belle aventure qui débute, sur un thème qui m’est cher : la photographie peut-elle capter l’esprit d’un lieu ?

L’idée est de jouer avec l’imaginaire que le lieu peut dégager – l’esprit du lieu – par des assemblages numériques de photographies prises à différents moments de l’année sur des secteurs bien référencés avec des positions fixes.

Les végétaux, les éléments de la nature, peuvent dégager un état d’esprit de l’instant. Tel arbre, tel lieu, telle plante, telle construction a-t’il/elle une influence ou une interaction sur l’écriture, la lumière, le cadrage ? Est-il/elle prêt à accepter le regard, à être photographié-e ? Et si oui comment ? De très près, bien net, pour bien distinguer la beauté plastique ? En champ large, un peu flou-e, laissant partir la pensée vers l’onirique ? Juste nous montrer son ombre – et c’est beaucoup – pour mieux diffuser sa lumière ? En noir et blanc ou en couleur ?…

Rendez-vous le jeudi 4 juin 2020 à 18 heures pour l’inauguration du nouveau lieu d’accueil de l’Abbaye et des trois expositions. Celle de l’Abbaye « Espèce de… saison 4… Astéracées ! », les photographies réalisées pendant la résidence par les enfants de l’école du Cragou et celle JARDINS DE L’IMAGINAIRE – ETATs D’ESPRITs, sur l’esprit du lieu de l’Abbaye du Relec. A bientôt.


Nouvelle série : Île de Jura – Sur les traces de George Orwell

C’est sur l’île écossaise de Jura, dans l’archipel des Hébrides, sur la côte ouest de l’Écosse, que George Orwell a écrit son roman 1984.

1946, George Orwell revient d’Espagne, il cherche un endroit sauvage et tranquille pour écrire son roman. Barnhill, cette ferme blanche balayée par les vents et par l’océan, est le lieu propice. 

J’imagine George Orwell, entre écriture et jardinage/élevage (il faisait son jardin et élevait une vache et des oies) partir à pied sur Jura, à la découverte des « Paps », ces trois montagnes arrondies caractéristiques de l’île.

Jura se découvre lentement, ses paysages laissent des traces indélébiles dans les yeux et dans le coeur aussi indélébiles que son whisky…

C’est la lecture du roman d’Isabelle Autissier « Soudain seuls », qui m’a fait découvrir le lien de George Orwell et de Jura. Merci.

Voir la série